Au-Delà en images

dans
la programmation

Le chorégraphe d’Au-Delà, DeLaVallet Bidiefono nous confie ses intentions artistiques :

« Les artistes de ce pays se présentent souvent comme des guerriers. Guerriers d’un combat pour la survie. À travers la danse contemporaine, je me bats pour une liberté d’expression, pour promouvoir l’action plutôt que les mots, pour faire avancer la société congolaise. Quelles sont les «armes» d’un artiste qui évolue dans un univers où des armes d’acier ont tout effacé ? Où trouver la beauté ? Au-delà de la lamentation où trouver un élan pour l’avenir ?
En 2001 lors de mon arrivée à Brazzaville, au sortir de la guerre, la danse s’est imposée à moi comme une réponse. Mais se lancer dans la danse à cette époque, à cet endroit, c’est là encore «trafiquer» avec la mort. Travailler des jours durant sans pouvoir se nourrir, c’est un peu comme se projeter hors de son corps pour trouver la force de danser. Avec Au-delà, je souhaite raconter comment je me suis frotté à la mort et comment les gens de mon pays s’en arrangent aujourd’hui. Je souhaite raconter comment un rapport particulier avec l’« Au-delà » nourrit mon engagement artistique et donc politique. »