♫ La java s’en, la java s’en va ♫

Avant de venir bruncher et danser au rythme de l’accordéon, découvrez une petite vidéo avec quelques pas de java !

La java est une danse typique du répertoire « musette ». Née à Paris vers 1930 à l’initiative des accordéonistes du quartier de la Bastille, en particulier de la rue de Lappe où aujourd’hui encore, on peut aller danser au fameux Bal à Jo, la java est une réaction populaire contre le formalisme de la valse, notamment la valse viennoise. Les danseurs cherchaient avant tout une danse plus simple, plus sensuelle et compte tenu du manque de place dans les dancings, une danse où les partenaires sont plus proches.

La java est une valse rapide qui se danse à petits pas, de manière très rapprochée, avec un mouvement très typique du bassin. Les rythmes de croche pointée-double et les triolets sont caractéristiques de cette danse dont les temps, notamment le premier, sont très marqués. La java se danse avec des petits pas à trois temps, les positionnement des pieds à l’ancienne provoque un petit « dandiné » des hanches donnant au déplacement des danseurs un « chaloupé » caractéristique. C’est une danse très machiste, affirmant la domination de l’homme sur la femme, les mains dans les poches, la casquette sur la tête et autrefois la cigarette au bec.

Danse du « gigolo et de sa gigolette », le danseur met souvent les mains sur les fesses de la danseuse qui elle-même accroche ses mains autour du cou du danseur. Cette attitude provocatrice et selon certains quelque peu indécente a parfois conduit dans le passé à l’interdiction de la java dans certains milieux.

Site web des danseurs