Découvrez le pantsula avec la compagnie Via Katlehong

Publié le 19/06/2017

« Pantsula » signifie en zoulou « waddling like a duck », « se dandinant comme un canard ». Comme le hip hop aux Etats-Unis ou en Europe, le pantsula est une danse issue de la rue mais aussi un style de vie recouvrant mode, musique (rythme mêlant mbaqanga zoulou, charleston, step et rock), codes gestuels et parler. Le 14 novembre à 18h, avant Via Kanana, Buru Mohlabane, directeur artistique de la compagnie Via Katlehong, nous propose de nous initier à ces mouvements et cette culture qui nous viennent d’Afrique du Sud.

Histoire et origine

Dans les années 60-70, sous le régime de l’apartheid en Afrique du Sud, les populations rurales noires sont déplacées vers les grandes villes et regroupées dans les townships. C’est dans ces ghettos (notamment les townships d’Alexandra et de Sophiatown à Johannesburg), où règnent chômage et criminalité, que naît la culture pantsula, à laquelle s’identifie toute la jeunesse des townships.

Destinée à l’origine à la lutte contre l’apartheid (non violente), le pantsula était pratiqué par des troupes composées d’hommes d’un certain âge qui rivalisaient dans des compétitions de “street dance” (danse de rue). Progressivement, le pantsula s’impose et est dansé dans toute l’Afrique du Sud. Vers la fin des années 1970, le pantsula, jusque-là pratiqué uniquement par les hommes, va toucher les Sud-Africains noirs de tous âges et des deux sexes.

Le pantsula connaît une seconde vie en 1992 grâce à Via Katlehong Dance, troupe issue du ghetto de Katlehong, célèbre pour les soulèvements des années 1980. Cette compagnie y intègre le “gumboot” (danse percussive des mineurs sud-africains pratiquée avec des bottes en caoutchouc), le hip hop, la house et la techno pour soutenir leurs voix puissantes et accompagner leurs danses énergiques faites de contorsions, de tournoiements des hanches, de frappes des pieds et de claquements des mains.
Pour la jeune génération, le pantsula est plus qu’une danse ou une musique, c’est une célébration de la liberté retrouvée depuis la fin de l’apartheid, un mode de vie, une façon d’être et d’agir.

En pratique

Le pantsula est une danse très énergique et syncopée qui emprunte aux danses bantoues, en particulier tswanas, des tapements de pieds et des mouvements de jambes. Il recourt aussi au mime et à la parodie pour raconter une histoire tout en dansant, dans la plus pure tradition africaine.
Le pantsula a aussi été influencé par le jazz américain des années 1930 et plus tard dans les années 1980 par le hip-hop et le breakdance.

Le groupe est très important dans la pratique de cette danse qui y puise toute la force de son expression. Un danseur explique « nous sommes motivés, nous ne faisons qu’un,  nous avons le pouvoir, nous sommes jeunes, forts et rapides, nous avons notre propre style et nous avons l’esprit de compétition ».

Reconnaissance du mouvement

« Encore confidentielle avant l’arrivée des plateformes web de vidéos, la pantsula est aujourd’hui célébrée par la scène streetdance, du Japon au Danemark, pour la richesse de ses footworks («jeux de jambes») et une vaillance certaine face à la menace perpétuelle d’une rupture des ligaments croisés, son audace vestimentaire, mais surtout pour la façon qu’elle a eue d’hybrider les multiples influences artistiques et politiques qui traversèrent un siècle d’histoire sud-africaine. » Ève Beauvallet, Liberation.fr (2016)

Toutefois, contrairement au hip hop, peu de groupes encore ont su transposer sur scène l’énergie et le caractère contestataire de la danse Pantsula (en témoigne cet article paru en 2015 sur le site Ladepeche.fr ). En tournant à l’étranger de façon professionnelle et en collaborant avec des artistes comme le chorégraphe Grégory Maqoma pour Via Kanana, la compagnie Via Katlehong Dance contribue à faire sortir cette danse de rue authentiquement sud-africaine du ghetto et à la faire reconnaître du grand public et des institutions.

Rendez-vous le 14 novembre à 20h30 pour les découvrir, et à 18h pour une initiation au pantsula !

Crédit photo : A. Boucher

Sources : Wikipedia, Afrisson.com, Via Katlehong Dance

 

dans
la programmation

mardi 14 novembre 2017 - 20h30

via kanana