Yoann Bourgeois et la poétique de l’abandon

dans
la programmation

Yoann Bourgeois sera les 26 et 27 mars à Colombes pour défier la gravité et jouer avec les rapports de force. En 2010, Cavale, explore le vertige, montrant deux danseurs aller et venir, presque en suspension entre un escalier et un trampoline. Les danseurs de Celui qui tombe s’adonnent cette fois à un numéro d’équilibriste vertigineux sur un plancher instable. Entre la danse contemporaine et le cirque d’un genre nouveau, les danseurs semblent se mouvoir malgré eux, sous l’effet de forces qui les dépassent. ​

Un jeu entre le contrôle et la chute impose une prise de risque, tant physique qu’esthétique. Il exhibe une instabilité du corps et des objets qui renvoie à un mode de vie précaire et aussi au statut fragile de l’art.
Et cela comme processus artistique délibéré, assumé.
C’est par cette modalité d’expression du déséquilibre que se fonde l’esthétique du risque.
L’œuvre sera composée par la référence répétée de motifs, progressant et s’intensifiant par des variations, conférant une tension, une expressivité particulière, permettant de prendre la mesure de cette «prouesse et poétique de l’abandon».
C’est cette référence répétée de certains motifs physiques, sonores, qui laissera apparaître une structuration cyclique de l’espace et du temps.
Yoann Bourgeois

Réserver en ligne

Crédits

© Geraldine Aresteanu