« Cendrillon, une adaptation enlevée, rythmée, poétique et drôle »

Publié le 25/05/2018

La presse est unanime sur cette proposition plus fragile et authentique de Cendrillon. 

Pari réussi pour Camille de la Guillonnière qui revisite ce conte sans l’édulcorer et en gardant tout son mordant.

« C’est une version parodiant la psychanalyse que nous offre le dramaturge Joël Pommerat. Il prend ses distances avec le siècle de Perrault pour nous brosser un conte aussi rigolo que cruel, bien de notre temps, sondant les misères de la famille recomposée, du féminisme mal compris et de la solitude de chacun face à ses tragédies personnelles. Cendrillon parviendra‑t‑elle à renaître de ses cendres ? That is the question.[…] Bravo à Camille de la Guillonnière, artiste pyrotechnique qui n’a besoin ni de poudre ni de flammes pour produire l’étincelle de la joie de vivre. » Élisabeth Hennebert – Les Trois Coups.fr, Lundi 26 septembre 2016 

« Joël Pommerat, auteur prolifique et metteur en scène, a écrit cette version de Cendrillon en 2011. Dans ce texte, il réinvente le conte populaire à travers le personnage de Sandra en l’axant sur l’apprentissage de la vie, la confrontation avec la mort, la nécessité d’avancer. Mais que les adeptes des contes se rassurent : il y a toujours la méchante belle-mère et ses filles insupportables, le roi et le prince et bien sûr la bonne fée, même si ici elle apparaît quelque peu déjantée… » Benoît Lagarrigue –Le Journal de Saint-Denis, Mardi 20 septembre 2016

« Comme pour Tango de Slawomir Mrozek, La Noce de Bertolt Brecht et La Cerisaie de Tchekhov, ses précédentes créations, Camille de la Guillonnière opte pour une forme minimaliste. Sur un plateau presque nu, la Cendrillon garçonne, son affreux prince et tous les anti-héros de sa famille imaginés par Pommerat n’ont recours à aucun autre artifice que ceux du jeu et de la lumière. » Anaïs Heluin – La Terrasse, Mardi 30 août 2016 

« Les premiers mots d’une des comédiennes ont immédiatement invité au silence et à l’écoute. Même si, de chaque côté du public, des enfants ont continué à jouer durant toute la représentation. Mais ceux des premiers rangs et les adultes derrière n’ont pas raté une miette de cette histoire savoureuse, pleine d’humour sur un sujet difficile (le deuil, l’apprentissage de la vie), portée par des comédiens excellents et  visiblement habitués à jouer en plein air et dans des conditions pas faciles. Enlevé, rythmé, poétique et drôle, le spectacle a su, 1 h 40 durant, retenir l’attention du public qui a manifesté un bel enthousiasme au moment du salut. » Benoît Lagarrigue – JSD, Mercredi 28 septembre 2016 

« Cette version de Joël Pommerat est une réécriture totale et magnifique, qui joue sur le dit et le non-dit, l’utilité des mots et le danger du malentendu, sans oublier l’humour. C’est une leçon d’écriture, de direction d’acteurs toujours justes, de scénographie (jeux de lumière et d’images vidéo qui habillent la scène vide)… Ce spectacle recèle une beauté qui émeut. » Françoise Sabatier-Morel – Télérama

Crédit photo Pascal Riondy

dans
la programmation

dimanche 25 novembre 2018 - 16h00

cendrillon