Georges Méliès, inventeur des trucages de cinéma

dans
la programmation

m comme méliès

vendredi 16.03.2018 à 20h30

Georges Méliès (1861-1938) est considéré comme l’un des pionniers du cinéma. Venu du monde du spectacle et de la prestidigitation, il réalisa près de 600 films, plein de magie et d’ingéniosité, apportant la dimension artistique à une industrie naissante. Considéré comme le précurseur des effets spéciaux et le créateur du premier studio de cinéma, il connut une renommée mondiale.

Découvrez ses effets spéciaux en regardant L’homme à la tête en caoutchouc. 

Dans ce court métrage, réalisé entre 1901 et 1902, la tête de Méliès se gonfle avec un trucage relativement simple mais ingénieux. Méliès s’approche de la caméra par acoups, le corps caché derrière un pan de tissu noir, percé d’un trou par lequel il passe la tête. L’arrêt de caméra, permet de  modifier des éléments de la scène en superposant deux plans filmés coup sur coup, avec le même cadrage.

Georges Méliès donne au cinéma une dimension de spectacle de l’imaginaire. Quand il passe derrière la caméra, il a recours à de nombreux effets spéciaux empruntés directement au monde du théâtre et de l’illusionnisme. Cependant, dès 1896, un accident de caméra fait trouver à Méliès « le truc de substitution par arrêt de l’appareil » qu’il raconte ainsi trente ans plus tard : « un jour que je photographiais prosaïquement la place de l’Opéra une minute fut nécessaire pour débloquer la pellicule et remettre l’appareil en marche. Pendant cette minute, les passants, omnibus, voitures, avaient changé de place, bien entendu. En projetant la bande ressoudée […],  je vis subitement un omnibus Madeleine-Bastille changé en corbillard et des hommes changés en femmes ». Fort de cette découverte, il réalise le premier « film à truc » de l’histoire :  L’Escamotage d’une Dame chez Robert-Houdin. Au fil des ans, il invente des trucages de cinéma et de magicien tout court, il devient magicien du cinéma. Et apporte ses lettres de noblesse au cinéma inventé par les ingénieurs et industriels qu’étaient les frères Lumière : le cinéma devient le 7e art.

Pour en savoir plus sur Georges Méliès nous vous invitons à découvrir un documentaire de l’INA :
Le Grand Méliès avec André Méliès, film de Georges Franju (1952) en cliquant ici