L’Avant Seine participe au Printemps des poètes

dans
la programmation

Le désir : tel est le thème du 23ème Printemps des poètes qui célèbre chaque année la poésie sous toutes ses formes. Avec la complicité d’une classe de 5ème du collège Albert Camus, l’Avant Seine participe à cet événement marrainé cette année par Marina Hands.

« Je suis désir / et non vouloir / en tout j’épanouis / l’énergie des contraires » écrivait Henry Bauchau. Dans l’histoire de la poésie, les allusions au désir sous toutes ses formes sont nombreuses. Désir de désirer, désir d’aimer, désir de rêver, désirs d’ailleurs. Désir de futur aussi !

C’est autour de leur avenir et de celui de notre planète qu’une classe de collégiens a écrit des poèmes, avec la complicité de l’association Ecritures colombines. Les ados ont dans un premier temps visionné en classe un extrait du spectacle Dimanche avant de rencontrer en ZOOM les artistes Julie Tenret et Sandrine Heyraud. Initialement prévu en février 2021 à l’Avant Seine, ce spectacle des compagnies Focus et Chaliwaté traite avec poésie de la question du réchauffement climatique en évoquant notamment des espèces animales en voie de disparition.

Les collégiens ont ensuite suivi quatre heures d’ateliers d’écriture animés par Nadine Fontaine avec la complicité de Madame Jarreaud, professeur de lettres au collège Albert Camus. A vous de lire et entendre aujourd’hui ces poèmes de notre époque. L’Avant Seine participe cette année au Printemps des poètes avec la complicité du service Développement durable de la Ville de Colombes.

 

Voici des poèmes à entendre, lus par les collégiens eux-mêmes :

 

Et voici aussi des poèmes à lire :

« Vous ! Aujourd’hui je m’adresse à vous, timidement / Vous qui faites demain / N’avez-vous pas envie de vivre dans un monde qui sourit ? / Aujourd’hui je m’adresse à vous, directement / Vous qui êtes coupables de la pollution consciemment / Et de la surconsommation / J’aimerais que vous les regardiez, eux / Eux les panthères et les ours polaires / Alors aujourd’hui je m’adresse à vous, clairement / Hommes, femmes et enfants / Vous qui faites demain / N’avez-vous pas envie d’un avenir plus sain ? / N’avez-vous pas envie d’un avenir plus sain ?  » Elea

« Certains désirs / Dont beaucoup sont irréalisables / Donnent une grande envie de rire / Certains sont incapables / De voir la réalité en face / Et quand ils essaient de les réaliser / Ils se retrouvent dans une impasse / Certains sont comme des pépés et mémés / Emplies de lassitudes / Ne pensent même plus à avoir de grands projets / C’est devenu une habitude / D’engloutir plutôt leur café / Certains sont entre les deux / Avec des désirs à réaliser / Qui sont sérieux / C’est le désir des réalités ». Maxence 

Rester petite « Quand j’étais petite, tout était mieux que maintenant / Je courrais plus vite, je souriais tout le temps / Je voyais dans mes livres mes rêveries d’enfants / Maintenant c’est différent / Mais en même temps je demande : / Comment rester petite tout en étant grande ? / Pour cette entreprise il faut se rappeler / Le temps de la gourmandise, quand nos yeux s’écarquillaient / Le parfum de grand-mère que j’aimais tendrement / Voilà comment faire pour garder mes yeux d’enfants / Mon désir est un peu bizarre, un peu abstrait / Mais moi j’aime quand vient le soir me rappeler ces moments échappés » Sasha 

« Je désire avoir une carte de crédit magique / Car je n’ai qu’à penser et tenir ma carte pour que ça apparaisse / Comme ça je n’ai pas besoin de travailler, pas besoin de salaire / Je peux rester allongé sur mon canapé / Non je ne suis pas fainéant, je suis visionnaire / Vous me trouvez peut-être bizarre, je m’en fiche ! » Ayhem

« Mon désir est inconnu, mais déjà vu / Mon désir est puéril, où je vis sur une ile / Mon désir est un rêve tranquille et chaud, ou j’achète à des jumeaux / Mon désir est un raton laveur arnaqueur / Mon désir est une chienne qui se la ramène / Mon désir est un lieu où les dodos survolent l’eau / Mon désir est un jeu vidéo  » Léon 

« J’ai le désir de remonter le temps pour vivre dans le passé / Sans pouvoir mourir, sinon ce n’est pas drôle, et faire des folies / Porter des Gucci au Moyen-Âge / Ou arriver avec des Nike pendant l’Antiquité / Ou encore chanter la Marseillaise pendant la Révolution française, car elle n’existait pas encore à cette époque / Mais mon plus grand désir est de prendre un selfie avec Napoléon » Paul

« Qu’est le désir ? / Moi mon désir c’est celui que mes rêves deviennent des réalités / Et que ces désirs là en fabriquent d’autres / Le désir d’effleurer ses rêves sans les atteindre / Pour que ses rêves durent éternellement
Et jamais ils ne devront s’éteindre / Que cette bougie dure indéfiniment / Malgré les échecs, toujours avancer / Et lorsque l’on croit avoir fini une nouvelle porte s’ouvrira / Et sans regarder ou l’on va, se projeter / Le futur ne patientera pas » Rebecca

 

Photo Le studio aux oiseaux © Sarah Moon