Petite histoire de l’Origami

dans
la programmation

Brunch Origami

dimanche 6.11.2016 à 11h00

On connaît l’origami comme l’art du pliage traditionnel japonais. Le mot origami vient du verbe japonais « oru » (plier) et du mot « kami » (papier). Mais d’où nous vient cet art et comment nous est-il parvenu ?

De son origine en Chine…

L’origami serait apparu en Chine à l’époque de la dynastie des Han de l’Ouest (- 202 /- 9 av JC), sous la dénomination de zhézhǐ (折紙/折纸). Plusieurs siècles plus tard, des moines bouddhistes l’auraient introduit au Japon.
Bien qu’originaire de Chine, cette pratique est désormais connue sous son appellation japonaise « Origami », les Japonais étant devenus des maîtres dans l’art du pliage du papier.

… à son évolution au Japon…

A l’époque de son introduction au Japon, le papier, alors rare, était considéré comme un matériau précieux.
Au Japon, il était donc plié à l’occasion de cérémonies religieuses, pour décorer les tables (le plus souvent les cruches de saké).

On retrouve également l’origami en religion dans le Katashiro, représentation d’une divinité utilisée pendant les cérémonies Shinto du temple d’Ise (au Japon) et considéré comme un talisman et un porte bonheur.

La pratique de l’origami se serait ensuite rapidement développée au cours des rituels bouddhistes puis aurait prospérée parmi le milieu guerrier des Bushi (guerriers en armures chargés de la protection des clans familiaux religieux). Réaliser des fleurs en origami prouvait alors son amitié.

A l’époque Edo (1603-1867), la pratique de l’origami se serait popularisée. Cependant, et comme dans de nombreuses autres pratiques, la transmission des modèles de pliages se faisant essentiellement de façon orale, seuls des modèles simples ont perduré.

Aujourd’hui, les Japonais connaissent deux ou trois origami très populaires auprès des enfants, parmi lesquels la boîte, la grenouille ou la grue japonaise « tsuru », très importante pour le Japon car synonyme de longévité et de fidélité. Une légende dit même « Quiconque plie mille grues de papier verra son vœu exaucé. »

… à son utilisation en Europe…

En Europe, l’origami s’est développé au XVIIIe siècle sous diverses appellations, « Amusettes de papier » notamment.

En effet, le pédagogue allemand, Friedrich Fröbel, à l’origine du modèle du jardin d’enfants, avait alors reconnu le caractère enrichissant pour le développement des enfants des activités de pliages, de découpage, d’assemblage et de tressage.
L’origami était alors reconnu comme permettant le développement de la créativité, la rigueur et la précision du geste.

Depuis, au Japon comme dans d’autres pays, nombreuses sont les personnes, jeunes et plus âgées, qui pratiquent l’origami pour créer des modèles simples comme des modèles très complexes, nécessitant parfois plusieurs feuilles, du collage et un nombre impressionnant de pliages.

… à son passage à l’Avant Seine

L’origami s’invite à l’Avant Seine le temps d’un brunch animé par Quartier Japon. A l’origine école de japonais, la structure propose de nombreuses activités : cours de japonais, ateliers culturels et interventions évènementielles, activités autour du manga, dans le but de faire connaître la culture japonaise à un public large.

A vous de jouer !

Avant ou après le Brunch Origami proposé par Quartier Japon, entraînez-vous ou continuez votre découverte de l’art du pliage en téléchargeant ces modèles.