Black Bones : du rock groovy et hyper mélodieux

Publié le 30/11/2017

Des airs multicolores, des couplets fluo, des tubes drôles et beaux, méchamment efficaces et carrément dansants. Voilà qui décrit bien le groupe rémois Black Bones et leur premier album Kili Kili .

En live, dans leurs tenues de zombies phosphorescentes, le groupe nous fait voyager à travers une vision punk et acide de la pop bubble-gum, à goûter le cœur léger.

Monté avec Marianne Mérillon, Odilon Horman, Ludovic Caqué et Samuel Allain, Black Bones est la créature d’Anthonin Ternant, tête très prolifique des rémois Bewitched Hands, machine à immenses chansons et l’un groupes français les plus enthousiasmants des dernières décennies, séparé en 2014.

Black Bones c’est la collision de sa passion pour les groupes américains des années 90, de son amour pour le non-sens, pour les grands-écarts des Beastie Boys ou pour Beck, explorateur azimuté de la chose pop. On pourrait aussi trouver, dans ce premier album, un peu de Supergrass, un peu de Super Furry Animals, un peu d’Arcade Fire, des super-héros de comics, des zombies latinos et des battes de base-ball, de l’électrique, de l’électronique ou du rap. On trouve surtout, dans Kili Kili, une imparable collection de hits sur pneumatiques, une série de tubes rigolards, variables et ravageurs, de chansons sexy à chanter en foule, une vision punk et acide de la pop bubble-gum, à goûter le cœur léger et les popotins rebondissant à l’unisson.

Source : biographie réalisée  par Thomas Burgel (mai 2017)
Crédit photo Rod Huart

dans
la programmation