Présidence de l’Avant Seine : Maryse Laville passe les rênes à Alain Aubert

le prochain
spectacle

Publié le 06/06/2023

Tahnee

Le 17 juin dernier, lors de l’Assemblée générale de l’association l’Avant Seine / Théâtre de Colombes, Maryse Laville a annoncé officiellement son départ pour d’autres aventures. Suite à un vote, c’est Alain Aubert, membre de longue date du Conseil d’administration, qui lui succède. Nous les avons invités à s’adresser au public du théâtre.

Le mot de Maryse Laville

Après 6 ans passés à la tête de l’association l’Avant Seine en tant que présidente, je quitte cette fonction en quittant Colombes pour d’autres horizons.
Ce furent 6 années d’engagement dense aux côtés de Marc Lesage puis de Grégoire Lefebvre et leurs équipes.
Ce furent 6 années de travail d’équipe avec la participation sans faille de tout le Conseil d’administration.
Ce furent 6 années de grand bonheur de voir vivre cet établissement culturel et artistique, et de contribuer à son développement.
Merci à Philippe Sarre de m’avoir témoigné sa confiance en me proposant cette responsabilité.
Merci à Nicole Goueta pour la confiance dont elle m’a assuré à son tour.
Je confie donc les rênes de l’association à Alain Aubert, le nouveau président élu le 17 juin, qui saura poursuivre le travail engagé.

Le mot d’Alain Aubert

C’est vrai que j’étais là depuis le début. Avant même que l’Avant Seine ne soit le Théâtre qu’il est devenu !
Aujourd’hui, le Conseil d’administration me confie la présidence de l’association qui doit accompagner le développement de l’établissement culturel de première importance qu’est l’Avant Seine. Je le remercie de sa confiance, comme je remercie particulièrement Maryse Laville qui, pendant 6 ans, a su mettre en place les bases d’un fonctionnement sain et transparent, nécessaire à une bonne gestion.
C’est dans ce contexte que je suis fier de poursuivre le travail engagé avec tout le Conseil aux côtés de Grégoire Lefebvre et de son équipe, qui l’un et l’autre ont montré leur engagement et leur professionnalisme.
Nous le devons aussi à la municipalité et aux habitants de Colombes envers qui nous sommes redevables de l’argent public et de l’effort maintenu dans un contexte pourtant difficile.